Popup

BIENVENUE

sur le site de l'Union Nationale des Personnels et des Retraités de la Gendarmerie

 

LE MAGAZINE PARTENAIRE

 

 

Octroi de la carte du combattant

 

Le gouvernement a décidé d’accorder la carte du combattant et ses avantages aux soldats déployés en Algérie après la fin de la guerre, entre 1962 et 1964.

C’était une question d’équité. Les militaires français présents en Algérie entre le 2 juillet 1962 et le 1er juillet 1964, après les accords d’Évian qui ont mis fin à la guerre, vont désormais bénéficier de la carte du combattant.

Lors de la campagne présidentielle de 2017, Emmanuel Macron s’était engagé à leur attribuer, le gouvernement vient de le décider. Près de 49 800 personnes, dont une majorité d’appelés, seraient potentiellement concernées par cette mesure qui sera mise en œuvre dans le projet de budget pour 2019 et devrait constituer un effort de 30 à 35 millions d’euros par an.

 

 

 

 

Les victimes algériennes de la guerre d’Algérie ont droit à indemnisation

Outre le port de la Croix du combattant, la carte du combattant donne droit à une retraite d’un montant de 749 € par an, offre à partir de 75 ans une demi-part supplémentaire de quotient familial pour le calcul de l’impôt sur le revenu et permet de souscrire une rente mutualiste. Jusqu’à présent, seul le titre de reconnaissance de la Nation était accordé aux soldats de 1962-1964.

 

Plus de 500 hommes tués ou portés disparus entre 1962 et 1964

 

« Ils n’ont jamais pu bénéficier de la carte du combattant et des avantages qui s’y attachent, comme peuvent la recevoir aujourd’hui ceux qui sont déployés hors du territoire national dès lors que la France agit dans le cadre de ses obligations internationales », a souligné Geneviève Darrieussecq, secrétaire d’État auprès de la ministre des armées.

La qualité de combattant a en effet été étendue par une réforme de 1993, améliorée en 2015, aux militaires présents au moins quatre mois dans les opérations extérieures (Opex). Les autres conflits permettant l’obtention de la carte sont la Seconde Guerre mondiale, les guerres d’Indochine et de Corée, les combats en Tunisie entre 1952 et 1962, les combats au Maroc entre 1953 et 1962 et la guerre d’Algérie entre 1954 et 1962.

 

 


Le Bureau

  • bureau1 Bernard GAUDEL Président
  • portrait Secrétaire GENERAL Secrétariat
  • bureau2 Serge MONTESANO Trésorier
  • bureau9 Richard HERY Trésorier adjoint
  • bureau7 Richard MROWCZYNSKI Relations sociales
  • bureau3 Jean COQUIL   Délégué Vanuatu
  • bureau5 Gilbert GEORGEON Porte drapeau
  • Portrait Victor BOUISSET   Porte drapeau
  • bureau4 Olivier LE TALLEC Webmaster
  • bureau12 Nasser BENDADI Représentant de l'association

 

 

 

Statistiques de visite

Compteur d'affichages des articles
1597115

Les rendez-vous ...

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
7
8
9
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Accès adhérent

Derniers articles

NICK CONRAD NICK CONRAD Le rappeur Nick CONRAD « baise la France » et le Pouvoir, lui, montre son impuissance.   On l’a...
PAROLE DE PREFET PAROLE DE PREFET  Un préfet ne devrait pas dire ça.   Un préfet de police qui parade sur le champ de bataille,...
JEAN VERINES JEAN VERINES Le chef-d'escadron Jean VERINES   Le poilu Jean Vérines est né le 16 avril 1894 à...
LE LIVRE LE LIVRE Pour le général Soubelet, "nous payons une quarantaine d’années d’inaction, de renoncement et...
LA VOIX DU GENDARME LA VOIX DU GENDARME Nouveau magazine partenaire   La Voix du Gendarme : un magazine pour les Gendarmes, par des Genda...

Droits de publication ...

L’UNPRG-NC-V agissant en toute indépendance de la GENDARMERIE NATIONALE, les idées, opinions et prises de position présentées sur ce site sont celles de son (ses) auteur (s) et ne peuvent être interprétées comme celles de l’Arme ou recueillant tant soit peu son accord que son soutien.

La publication, l’usage, la distribution, l’impression ou la copie non autorisée des attachements qu'il contient  sont strictement interdits.