Popup

BIENVENUE

sur le site de l'Union Nationale des Personnels et des Retraités de la Gendarmerie

 

APPELS A TEMOINS

 

 

Une déception nommée Emmanuel Macron

 

Au-delà du scandale lié au dérapage du garde du corps présidentiel, la figure du chef de l'État vacille subitement. Il nous avait habitués à mieux...

 

Emmanuel Macron nous avait habitués à mieux. Quand on place son quinquennat sous les auspices des grands auteurs de la littérature française et de la philosophie de Paul Ricœur, on ne couvre pas les barbouzeries. Quand on s'avance vers le pouvoir avec l'ambition légitime d'en restaurer la dignité, on ne s'acoquine pas avec des hommes à la vertu incertaine. Quand on sacralise les mots au point de les faire s'élever dans le ciel des idées, on fait en sorte de ne pas être à la merci d'une image animée.

 

Serait-ce un raccourci, voire un contresens que de lier le président de la République aux exactions du garde du corps élyséen Alexandre Benalla ? Sans doute pas, car le fait divers s'est immédiatement mué en fait politique. Pire : le fait divers est moins grave, au fond, que le fait politique. Depuis les révélations du Monde, si l'affaire ne cesse de prendre de l'ampleur, c'est principalement parce qu'elle offre un hiatus considérable entre ce l'on attend ou perçoit d'Emmanuel Macron et ce que cet épisode malheureux dit de lui.

 

Emmanuel Macron nous avait habitués à mieux dans le domaine de la communication. Dès le soir de son élection dans la cour du Louvre, alors qu'il s'avançait seul devant la première tribune présidentielle, il déclenchait, certes, quelques sourires chez les milliers de Français présents, mais l'on riait de l'audace et l'on admirait la mise en scène. Un été plus tard, avec cette cachotterie mal dégrossie lors d'une intervention inédite du porte-parole Bruno Roger-Petit et un si creux « la République est inaltérable » comme seul commentaire jupitérien hier, la communication s'effondre. Comme elle avait dégringolé avec la diffusion d'une vidéo faussement transgressive sur le « pognon de dingue », ou d'une autre poussivement empathique lors des félicitations du chef de l'État aux employés de l'Élysée après la réception des Bleus.

 

Emmanuel Macron nous avait habitués à mieux dans le choix des hommes. Son exigence pragmatique, son élitisme bien placé, sa quête du résultat comme son amour de l'excellence incitaient à penser que travailler à ses côtés se méritait. Qu'il n'y avait de place ni pour le doute ni pour le flou, que les paresseux comme les filous n'avaient pas accès au sommet. Le portrait édifiant d'Alexandre Benalla, castagneur vantard aux états de service souvent peu recommandables, la France le découvre, mais le président le connaissait. Comment imaginer que la réputation d'employé impulsif ait échappé à l'employeur le mieux renseigné du pays ?

 

Emmanuel Macron nous avait habitués à mieux sur son sens politique. Avait-il oublié à ce point qu'un président a toujours des ennemis, fussent-ils en sommeil ? Se croyait-il intouchable et champion du monde de football au point de penser qu'il pouvait tout se permette, jusqu'à omettre ? Croit-il que sa majorité, au terme d'un an de votes unilatéraux au Parlement et de rapports distants avec le gouvernement a envie de mourir pour lui, de se ridiculiser pour un cerbère dont l'occupation, lors de ses jours de congés, est d'aller taper de l'étudiant freluquet ?

 

Emmanuel Macron nous avait habitués à plus de dignité et plus d'intelligence, moins de légèreté et d'indécence. Il y a un sentiment bien pire que celui de sentir offusqué : celui d'être déçu.

 

 

Tugdual Denis - Journaliste, service politique de l'Express

 

 


Le Bureau

  • bureau1 Bernard GAUDEL Président
  • bureau4 Olivier LE TALLEC Secrétaire
  • bureau2 Serge MONTESANO Trésorier
  • bureau9 Richard HERY Trésorier adjoint
  • bureau7 Richard MROWCZYNSKI Relations sociales
  • bureau3 Gilbert COUDRY Relations publiques
  • bureau3 Jean COQUIL Délégué Vanuatu
  • bureau5 Gilbert GEORGEON Porte drapeau
  • Portrait Porte drapeau Cliquez pour postuler
  • bureau12 Nasser BENDADI Représentant UNPRG

 

 

 

Statistiques de visite

Compteur d'affichages des articles
1142711

Les rendez-vous ...

Accès adhérent

Derniers articles

Histoire Histoire Qui sont Jean d'Orléans et Louis de Bourbon, les prétendants au trône de France ?   Ils sont descendants...
Lettre du PN Lettre du PN Grand débat National     Monsieur le Président de la République, dans votre lettre sur l’ouverture...
Manifestations Manifestations Les gendarmes mobiles face aux gilets jaunes : une culture différente ?   Un policier rattaché à...
Sociologie Sociologie Pourquoi Emmanuel Macron suscite tant de haine     Pour la sociologue Dominique Schnapper, "la haine...
Lettre patriote Lettre patriote État faible : la Nation et son armée fragilisées     L’Association de Soutien à l’Armée...

Droits de publication ...

L’UNPRG-NC-V agissant en toute indépendance de la GENDARMERIE NATIONALE, les idées, opinions et prises de position présentées sur ce site sont celles de son (ses) auteur (s) et ne peuvent être interprétées comme celles de l’Arme ou recueillant tant soit peu son accord que son soutien.

La publication, l’usage, la distribution, l’impression ou la copie non autorisée des attachements qu'il contient  sont strictement interdits.