Popup

BIENVENUE

sur le site de l'Union Nationale des Personnels et des Retraités de la Gendarmerie

 

APPELS A TEMOINS

 

 

Les retraités au cœur du pacte social générationnel victimes de discrimination dénonce l’UNPRG

 

Après avoir supporté la hausse de la CSG sans compensation, la flambée des taxes sur l’essence ou le tabac, l’augmentation des prix des mutuelles ou encore la baisse de l’aide personnalisé au logement (APL), les retraités vont subir une nouvelle mesure d’atteinte à leur pouvoir d’achat avec la non-indexation des pensions.
Une désindexation, dont les retraités au cœur du pacte social générationnel, sont les premières victimes de discrimination.

 

Pour s’en convaincre il suffit de se référer au rapport annuel du Conseil d’orientation des retraites (COR) de juin 2018, qui cite l’article L.111-2- du code de la sécurité sociale : “La nation réaffirme solennellement le choix de la retraite par répartition au cœur du pacte social qui unit les générations. Le système de retraite par répartition assure aux retraités le versement de pensions en rapport avec les revenus qu’ils ont tirés de leur activité. Les assurés bénéficient d’un traitement équitable au regard de la durée de la retraite comme du montant de leur pension, quels que soient leur sexe, leurs activités et parcours professionnels passés, leur espérance de vie en bonne santé, les régimes dont ils relèvent et la génération à laquelle ils appartiennent…. “.

 

Soit une économie de 1,8 milliard d’euros pour l’Etat.

 

Les comptes parlent d’eux-mêmes. Si on augmente les pensions de 0,3% alors que l’inflation est attendue à 2,3%, les retraités vont perdre 2% de pouvoir d’achat. Alors que leur CSG a déjà augmenté de 3,7%. Une situation qui mettra en détresse bon nombre d’entre eux. 550 000 environ sont au minimum vieillesse, quand bien même pour les amadouer, certains se verront appliquer la suppression de la taxe d’habitation qui ne sera effective qu’en 2021.
Pour justifier de telles mesures, le gouvernement n’hésite pas opposer actifs et retraités, en arguant que les retraités sont plutôt mieux traités financièrement que les actifs, que la plupart ont assez peu souffert du chômage, que la moitié sont propriétaires de leurs logements pour la plupart suréquipés. Ils ont donc des besoins de consommation moindre que les actifs et surtout différents et doivent participer à l’effort de redressement du Pays.

 

La France a effectivement besoin de renforcer sa compétitivité, mais le remède qui consiste à taper sur les retraités n’est certainement pas le meilleur moyen. Les retraités vivent des points de cotisation qu’ils ont accumulés pendant leur vie de travail et ne sont pas indifférents aux difficultés rencontrées par les actifs dans le monde du travail. Il n’en demeure pas moins qu’ils vivent de leur épargne retraite qu’ils considèrent ne pas avoir volé. Ils craignent à juste raison que la prochaine réforme des retraites (mêmes règles pour tous, quels que soient les régimes, qu’il s’agisse de retraite de base ou de retraite complémentaire, reposant sur un principe : pour 1€ cotisé, mêmes droits), soit après l’attaque de leur pouvoir d’achat, l’occasion pour le gouvernement de remettre en cause les pensions de réversions. Une ressource vitale, notamment pour 90% des femmes

 

La hausse de la CSG, la suppression de la demi-part des veuves, le risque de voir la taxe d’habitation augmenter et la non revalorisation des pensions, les retraités l’ont en travers de la gorge. La “Silver Economie” 0,25% du PIB, jugée très positive par nombre d’économistes, risque de décliner face à ces attaques en règles. Les retraités doivent se mobiliser pour infléchir les décisions gouvernementales et faire connaître leur mécontentement.

 

Le président national de l’UNPRG, invite les présidents départementaux à interpeller par écrit les parlementaires de leur département, pour dénoncer la dégradation continue des conditions de vie des retraités, l’éloignement de façon significative, des objectifs définis au II de l’article L111-2-1 du code de la sécurité sociale, exiger du gouvernement le renforcement du pouvoir d’achat des retraités les plus modestes, et l’assurance aux retraités actuels et futurs, la garantie d’un niveau de ressources satisfaisant, sécurisé et anticipé.

 

 

Jean-François STEPHAN
Président UNPRG UD 56

 

 

 


Le Bureau

  • bureau1 Bernard GAUDEL Président
  • portrait Secrétaire GENERAL Secrétariat
  • bureau2 Serge MONTESANO Trésorier
  • bureau9 Richard HERY Trésorier adjoint
  • bureau7 Richard MROWCZYNSKI Relations publiques
  • bureau3 Jean COQUIL Délégué Vanuatu
  • bureau5 Gilbert GEORGEON Porte drapeau
  • Portrait Porte drapeau Cliquez pour postuler
  • bureau4 Olivier LE TALLEC Webmaster
  • bureau12 Nasser BENDADI Représentant L'ESSOR

 

 

 

Statistiques de visite

Compteur d'affichages des articles
1257799

Les rendez-vous ...

Accès adhérent

Derniers articles

Retraite Retraite Après les retraités, les Anciens combattants seront-ils rackettés ? Les magistrats de la Cour des...
Pôle des retraités Pôle des retraités Réunion Pôle des retraités du 27 juin 2019   Participants :          Marc VEYRAT (FG...
Mercato estival Mercato estival Le mercato estival des généraux se précise (actualisé)   Actualisé au lundi 3 juin- Le mercato...
Crise budgétaire Crise budgétaire Vers une nouvelle crise budgétaire dans la Gendarmerie   Une nouvelle crise budgétaire se profile....
Retraité et volontaire Retraité et volontaire Gendarme Retraité Citoyen Volontaire   Après une expérimentation conduite dans le Béthunois,...

Droits de publication ...

L’UNPRG-NC-V agissant en toute indépendance de la GENDARMERIE NATIONALE, les idées, opinions et prises de position présentées sur ce site sont celles de son (ses) auteur (s) et ne peuvent être interprétées comme celles de l’Arme ou recueillant tant soit peu son accord que son soutien.

La publication, l’usage, la distribution, l’impression ou la copie non autorisée des attachements qu'il contient  sont strictement interdits.