L'info

locale et internationale

de votre association et des institutions

Accident d'hélicoptères au Mali

 

L’opération Barkhane est de nouveau endeuillée. La collision accidentelle de deux hélicoptères survenue lundi 25 novembre a coûté la vie à treize soldats français engagés au Mali. Il s’agit du bilan humain le plus lourd essuyé par les militaires français depuis le début de l’opération Serval au Mali en 2013 pour barrer la route aux djihadistes.

Ils s’appelaient Julien, Nicolas ou Andrei, avaient de 22 à 43 ans. Certains étaient père, un autre allait prochainement le devenir.

Ils sont décrits ce lundi comme des soldats « de grande valeur, motivé et volontaire », « agréable à commander », « charismatique » et « passionné par son métier », dotés de « réelles aptitudes au commandement » par leur état-major respectif.

 

Julien Carette, 35 ans

Adjudant-chef Julien Carette. | ARMÉE DE DE TERRE.

 

Né à Roubaix (Nord), l’adjudant-chef Julien Carette a servi la France pendant plus de 17 ans. Engagé dès l’âge de 18 ans au 48e régiment de transmissions d’Agen en 2002, il est affecté ensuite au 5e régiment l’hélicoptère de combat (5e RHC) à Pau en tant que mécanicien cellule et moteur.

À compter de 2013, il est projeté à de nombreuses reprises (Côte d’Ivoire, Tchad, Mali, Burkina-Faso, Afghanistan) avant de s’engager au sein des opérations Serval puis Barkhane. En novembre 2019, il est de nouveau projeté dans le cadre de l’opération Barkhane en tant que mécanicien navigant Cougar.

Âgé de 35 ans, l’adjudant-chef Julien Carette vivait en couple et était père de deux enfants.

 

Romain Salles de Saint-Paul, 35 ans

Brigadier-chef Romain Salles de Saint-Paul. | ARMÉE DE DE TERRE.

 

Né en Colombie, le caporal-chef Romain Salles de Saint-Paul a servi la France pendant plus de 10 ans. Il s’engage le 04 août 2009 en tant que militaire du rang au 5e régiment d’hélicoptères de combat et obtient la qualification de marqueur baliseur.

En 2012, il devient opérateur membre opérationnel de soute au sein de l’escadrille d’hélicoptères de manœuvre n°3. Il effectue ses deux premières missions au Gabon en 2010 et 2013, puis est projeté au Mali pour la première fois en 2015. En 2017, il effectue une mission à Djibouti et il retourne à deux reprises au Mali en 2018 et 2019 dans le cadre de l’opération Barkhane.

Agé de 35 ans, il était marié et père de deux enfants.

 

Benjamin Gireud, 32 ans

Capitaine Benjamin Gireud. | ARMÉE DE DE TERRE.

 

Né à Digne-les-Bains (Alpes-de-Haute-Provence), le capitaine Benjamin Gireud est engagé en tant qu’officier sous contrat pilote en février 2009, puis rejoint l’École de l’aviation légère de l’armée de Terre après une formation initiale d’officier aux écoles de Saint-Cyr Coëtquidan.

Pilote d’expérimentation et d’essai en 2011, il rejoint le 5e régiment d’hélicoptères de combat de Pau en tant que pilote sur hélicoptère de manœuvre et d’assaut. Le capitaine Benjamin Gireud effectue une première mission dans le cadre de l’opération Épervier au Tchad en 2013. Il est projeté ensuite dans le cadre de l’opération Serval au Mali en 2014 et effectuera encore quatre missions à Barkhane de 2016 à 2018. Le capitaine Benjamin Gireud est à nouveau engagé sur l’opération Barkhane à l’été 2019 en tant que pilote Cougar.

Célibataire, il était âgé de 32 ans.

 

Clément Frisonroche, 28 ans

Capitaine Clément Frisonroche. | ARMÉE DE DE TERRE.

 

Né à Saint-Mandé (Val-de-Marne), le capitaine Clément Frisonroche intègre en 2012 l’École spéciale militaire de Saint-Cyr, après une classe préparatoire au lycée militaire de Saint-Cyr-l’École. À sa sortie en 2015, il décide de rejoindre l’École de l’aviation légère de l’armée de Terre et commence sa formation d’officier pilote. Ses excellents résultats lui permettent de se spécialiser sur l’hélicoptère Tigre et de devenir chef de patrouille HAD en novembre 2018.

Affecté par la suite au 5e régiment d’hélicoptères de combat à l’escadrille d’hélicoptères d’appui protection n°1, il est projeté pour sa première opération extérieure au Mali dans le cadre de l’opération Barkhane en septembre 2019.

Âgé de 28 ans, marié, il était père d’un enfant.

 

Nicolas Mégard, 35 ans

Capitaine Nicolas Megard. | ARMÉE DE DE TERRE.

 

Né à Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne), le capitaine Nicolas Mégard s’engage en tant que sous-officier d’active en 2005. Il rejoint le 35e régiment d’artillerie parachutiste de Tarbes. Il effectue avec son régiment deux opérations extérieures au Kosovo. Devenu officier en 2009, il rejoint l’École de l’aviation légère de l’armée de Terre pour suivre une formation de pilote Tigre puis de chef de patrouille.

Il est affecté au 5e régiment d’hélicoptères de combat de Pau en novembre 2014 et promu capitaine le 1er août 2015. Il est projeté quatre fois au Mali entre 2015 et 2017 dans le cadre de l’opération Barkhane. Le 21 juin 2018, le capitaine Nicolas Mégard se voit confier le commandement de la 2e escadrille d’hélicoptères appui protection du régiment.

Âgé de 35 ans, Nicolas Mégard était marié et père de trois enfants.

 

Romain Chomel de Jarnieu, 44 ans

Le capitaine Romain Chomel. | ARMÉE DE DE TERRE.

 

Né à La Roche-sur-Yon (Vendée), le capitaine Romain Chomel de Jarnieu s’engage dans la réserve le 11 juin 2012 pour servir au 2e régiment de Hussards. Nommé aspirant à titre temporaire le 1er octobre 2013, il souscrit un contrat en qualité d’officier sous contrat filière encadrement, fonction opérationnelle cavalerie d’une durée de dix ans le 1er mai 2014 et rejoint le 4e régiment de chasseurs le 7 avril 2014. Nommé sous-lieutenant le 1er mai 2014, il part à Saumur pour suivre le cycle d’instruction 2014-2015. Il est promu lieutenant le 1er mai 2015. Affecté au 4e régiment de chasseurs le 1er août 2015 en tant que chef de peloton blindé il effectue une première mission Sentinelle au cours de cette année.

Il est projeté une première fois au Tchad dans le cadre de l’opération Barkhane en qualité de chef de peloton de reconnaissance et d’intervention au sein du groupement tactique désert Edelweiss du 8 juin au 6 octobre 2016. Moins d’un an plus tard,  il retrouve l’opération Barkhane au Mali, cette fois, en tant que chef du peloton de reconnaissance et d’intervention au sein du groupement tactique désert blindé Edelweiss du 28 mai au 5 octobre 2017.

Il est officier traitant au bureau opérations instruction en 2019 lorsqu’il est désigné une nouvelle fois pour partir au Mali le 26 septembre 2019 en tant que chef d’équipe commando.

Romain Chomel de Jarnieu était célibataire et sans enfant. Il était l’un des cinq enfants de l’amiral Benoît Chomel de Jarnieu.

 

Alex Morisse, 31 ans

Lieutenant Alex Morisse. | ARMÉE DE TERRE.

 

Né à Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne), le lieutenant Alex Morisse s’engage en septembre 2011 en qualité d’officier sous contrat de pilote et rejoint pour sa formation initiale les écoles de Saint-Cyr Coëtquidan. Il poursuit ensuite sa formation de pilote opérationnel sur hélicoptère aux écoles de l’aviation légère de l’armée de Terre de Dax et du Luc et obtient à l’issue son brevet de pilote sur hélicoptère appui-destruction (HAD).

Il est affecté en janvier 2016 à l’escadrille d’hélicoptères d’appui protection n°1 du 5e régiment d’hélicoptères de combat. Jeune officier rigoureux et consciencieux en toutes circonstances, il se montre exemplaire et suscite tout naturellement l’adhésion de ses subordonnés.

Il est projeté dès 2017 sur l’opération Barkhane au Mali et y effectue deux autres missions entre 2018 et 2019.

Pacsé, le lieutenant Alex Morisse était âgé de 31 ans.

 

Pierre Bockel, 28 ans

Le lieutenant Pierre Bockel. | ARMÉE DE TERRE.

 

Né à Mulhouse (Haut-Rhin), le lieutenant Pierre Bockel s’engage en septembre 2011 en tant qu’officier sous contrat pilote et rejoint les écoles de Coëtquidan. Il rejoint l’École de l’aviation légère de l’armée de Terre (EALAT) à Dax en décembre 2011.

Il poursuit sa formation au Luc en Provence, avant d’être affecté au 5e régiment d’hélicoptères de combat en août 2015 à l’escadrille d’hélicoptères de manœuvre n°2. Il est projeté à quatre reprises au Mali dans le cadre de l’opération Barkhane entre 2017 et 2019, en tant que pilote sur Cougar.

Fils de Jean-Marie Bockel, ancien ministre et sénateur du Haut-Rhin, il était âgé de 28 ans. Il vivait en couple et allait bientôt être père.

 

Jérémy Leusie, 33 ans

Le maréchal des logis chef Jérémie Leusie. | ARMÉE DE TERRE.

 

Né à Laval (Mayenne), le maréchal des logis-chef Jérémy Leusie s’engage en 2007. Il effectue sa première opération extérieure au Tchad en 2008 et se distingue par son sérieux et son professionnalisme. Il est projeté la même année en Afghanistan, comme équipier observateur. En mars 2013, il est engagé sur la mission Serval au Mali au cours de laquelle ses qualités de chef d’équipe sont mises en exergue. Il est engagé une nouvelle fois de mai à septembre 2015 au Mali.

Après une première mission au Mali en début d’année, il est, en septembre 2019, engagé sur ce même théâtre d’opération en qualité d’équipier commando.

Il était âgé de 33 ans, pacsé et sans enfant.

 

Antoine Serre, 22 ans

Le maréchal des logis Antoine Serre | ARMÉE DE TERRE.

 

Né à Riom (Puy-de-Dôme), Antoine Serre s’engage au titre de l’école militaire de haute montagne à Chamonix en septembre 2015. Il choisit le 4e régiment de chasseurs de Gap, puis intègre le groupement commando montagne du 4e régiment de chasseurs.

Il effectue deux missions au Mali de juin à septembre 2017 en qualité de chef de patrouille Milan puis de septembre 2018 à janvier 2019 en tant qu’équipier commando. Il est engagé pour la 3e fois au Mali, en septembre 2019, au sein du groupement tactique désert aérocombat, dans le cadre de l’opération Barkhane.

Agé de 22 ans, le maréchal des logis Antoine Serre, était pacsé, sans enfants.

 

Valentin Duval, 24 ans 

Le maréchal des logis Valentin Duval. | ARMÉE DE TERRE.

 

Né à Rouen (Seine-Maritime), le maréchal des logis Valentin Duval a accompli toute sa carrière au sein du 4e régiment de chasseurs. Le 6 mai 2014, il souscrit un contrat d’engagement en qualité d’engagé volontaire de l’armée de Terre au 4e régiment de chasseurs.

Il intègre l’École des sous-officiers de Saint-Maixent par la voie semi-directe et est nommé maréchal des logis en décembre 2017. Il intègre par la suite le groupement commando montagne du 4e régiment de chasseurs. Il effectue deux missions au Mali de mai à octobre 2016 puis de juin à septembre 2017 en qualité de technicien graphiste.

Il est engagé pour la 3e fois au Mali à compter du 26 septembre 2019, au sein du groupement tactique désert aérocombat, dans le cadre de l’opération Barkhane en qualité de chef de cellule radio.

Agé de 24 ans, le maréchal des logis Duval était célibataire, sans enfant.

 

Alexandre Protin, 33 ans 

Le maréchal des logis chef Alexandre Protin. | ARMÉE DE TERRE.

 

Né en 1986, le maréchal des logis-chef Alexandre Protin a accompli toute sa carrière au sein du 4e régiment de chasseurs qu’il rejoint le 5 novembre 2009.

Il intègre l’École des sous-officiers de Saint-Maixent par la voie semi-directe et est nommé maréchal des logis en janvier 2014. Il est promu maréchal des logis-chef le 1er mai 2019. Il effectue une mission de courte durée en République de Côte d’Ivoire d’octobre 2011 à avril 2012 ainsi que deux missions au Mali de mai à septembre 2016 puis de novembre 2018 janvier 2019.

Il est engagé pour la 3e fois au Mali à compter du 26 septembre 2019, au sein du groupement tactique désert aérocombat, dans le cadre de l’opération Barkhane en qualité de tireur Minimi.

Agé de 33 ans, le maréchal des logis-chef Protin vivait en concubinage, sans enfant.

 

Andreï Jouk, 43 ans

Le sergent-chef Andrei Jouk. | ARMÉE DE TERRE.

 

Agé de 43 ans, le sergent-chef Andreï Jouk a rejoint les rangs de la Légion étrangère il y a près de 11 ans. Il effectue sa formation initiale au 4e régiment étranger de Castelnaudary, avant de rejoindre le 2e régiment étranger de génie de Saint-Christol en juin 2008.

Il rejoint en 2018 le groupement de commando montagne, unité d’élite de la 27e brigade d’infanterie de montagne, au sein duquel il est projeté à plusieurs reprises en bande sahélo-saharienne. Il a effectué trois opérations extérieures : une en Afghanistan au sein de l’opération « Pamir » de décembre 2010 à avril 2011, puis deux au Mali dans le cadre de l’opération « Barkhane » de janvier à mai 2018 et de septembre 2018 à janvier 2019.

Il a également été projeté en mission de courte durée en Guyane de septembre 2015 à mars 2016 mais aussi en renfort temporaire, à quatre reprises, à Djibouti, au sein de la 13e demi-brigade de légion étrangère, entre 2009 et 2014.

Andreï Jouk était marié et père de quatre enfants.

 

 

Source : Ouest-France

 

 


Ou nous trouver…

  • Adresse postale :

    UNPRG-NC-V, BP 32910, 98897 Nouméa Cedex

  • Contact téléphonique : 

    (+687) 84-82-36 ou (+687) 46-09-60

  • Permanence :

    le mardi entre 9h00 et 11h00 caserne Pelissou

 

Newsletter

Il est possible de vous inscrire pour recevoir notre lettre d'information mensuelle. Pour cela, vous devez simplement enregistrer votre adresse email dans le champ suivant :