L'info

locale et internationale

de votre association et des institutions

Rerendum pour l'accès à la pleine souveraineté, deuxième essai !

 

La deuxième consultation référendaire sur l'avenir institutionnel de la Nouvelle-Calédonie s'est conclue dimanche sur 53.26 % pour le Non à l'indépendance. Alors que le Oui profite d'une mobilisation historique et atteint 46.74 %. Leçons d'un vote...

 non

 

 

Le Non l'emporte

Dimanche 4 octobre 2020, la Calédonie a majoritairement refusé d’accéder à la pleine souveraineté et à l’indépendance. Un nouveau rejet, près de deux ans après le précédent.
A l'époque, le rapport de force (56.7 % pour le Non, 43.3 % pour le Oui) avait été jugé plus serré qu'attendu. Or hier, ce Non, qui obtiendrait cette fois 53.26 % des suffrages exprimés, a vu son avance grignotée par la progression de l’autre bulletin.

 

Le Oui réduit l’écart

Le Oui aurait été choisi à 46.74 %. La victoire du camp loyaliste résonne donc aussi comme un succès pour les indépendantistes, dont la position gagnerait plus de trois points. L’écart entre les deux réponses à cette délicate question de l’avenir institutionnel se serait réduit d’environ huit mille voix. De quoi donner l’impression que personne n’a gagné, mais que personne n’a perdu. 
Conditionnel de rigueur car ces chiffres doivent être validés. La proclamation des résultats finaux par la commission de contrôle du référendum est attendue ce lundi, à 9 heures, au haut-commissariat. 

 

Participation record

Le terme avait été utilisé en 2018, et voilà qu’il s’avère encore plus d’actualité cette année. La mobilisation des plus de 180 000 électeurs autorisés à voter, c’est-à-dire inscrits sur la liste spéciale pour la consultation, a été historique. La participation au scrutin est estimée à 85,6 %, alors qu’elle était déjà de 81,01 % deux ans plus tôt. 
La journée de vote a déroulé un scénario similaire, fait de files devant les bureaux et d’attente qui s’est parfois comptée en heures. Avec une forte présence de la jeunesse.Les référendums motivent décidément bien davantage que les autres scrutins. A travers toute la Calédonie, ou presque, à l’exception, le taux de participation a été à la hausse : au Sud, au Nord et dans la province Îles où 38 % des électeurs avaient boudé les urnes en 2018. 

 

En faveur des indépendantistes

La capacité à mobiliser a donc profité davantage au camp du Oui. C’est vrai dans les provinces traditionnellement indépendantistes. A Koné, le chef-lieu du Nord, ou dans la province Îles où les électeurs de Lifou optent à 86 % pour l’indépendance. C’est aussi le cas dans des fiefs loyalistes comme à Bourail, au Mont-Dore, à Païta, à Dumbéa.
Et surtout à Nouméa. Dans la capitale, le Oui n'est majoritaire que dans six bureaux sur 54 et pourtant, il progresse de cinq points.

Dans le pourtour nouméen, le Non résiste mais le Oui progresse. A Dumbéa, au Mont-Dore ou à Païta, les réserves de voix ont été favorables aux indépendantistes. 

 

Un pays clivé

Le rapport de force ne s’est pas inversé. Mais le clivage s’est creusé dans la population, et on retiendra que la Calédonie ne sort pas de ses fractures.
Géographique, d’abord : le Nord et les îles choisissent massivement la pleine souveraineté. 
La province Sud, elle, reste massivement attachée à un avenir dans la République française. Plus des deux-tiers des habitants ont voté Non. 
Pour aller plus loin dans la fracture territoriale, toutes les communes de l’Est on fait le choix majoritaire du Oui. Quand l’Ouest et le Grand Nouméa sont plutôt placées sous le signe du Non. 
Le scrutin aura aussi souligné une nouvelle fois des fractures communautaires - entre les Kanak et les autres, mais aussi sociales.
Bref, en deux ans, dans les grande lignes, rien n’a vraiment changé.

 

Rebelote d’ici 2022 ?

Se pose maintenant la question de la suite, au vu du résultat et alors que l’option du dernier référendum fait débat. L’Accord de Nouméa prévoit qu’après une deuxième victoire du Non, l’organisation d’une troisième consultation dans les deux ans peut être demandée par un tiers du Congrès. Soit dix-huit élus sur 54. Or, dans l’hémicycle du boulevard Vauban, ce sont 28 sièges qui reviennent à l’Uni et à l’UC-FLNKS et Nationalistes avec Eveil océanien.

 

L'Etat, cible des critiques

Comme attendu, les représentants politiques se sont opposés sur presque tous les sujets dimanche soir, lors du débat télévisé sur NC la 1ere. Malgré tout, un point fait consensus : la position, en retrait, adoptée par l’Etat ces derniers mois sur la question calédonienne. 

Comme en 2018, le chef de l'Etat avait tenu à s'exprimer juste après le vote. Son allocution de quelques minutes est à retrouver ici.

 

Sous les drapeaux

C'est l'un des faits marquants de la campagne électorale qui a précédé ce nouveau référendum : l'affichage décomplexé du drapeau dans lequel se reconnaît chacun des deux camps majoritaires. Ils se sont livrés une bataille symbolique des couleurs. Cette fois, la bannière tricolore a rivalisé sur le terrain avec l'emblème de Kanaky. Même si l'après-scrutin a été dominé par un déferlement de drapeaux et de cortèges indépendantistes, du moins dans l'agglomération nouméenne. Seuls les militants du Oui semblaient de sortie jusque tard dans la nuit.

 

 

 Source : NC la 1ère

 

 

 

 

 

 


Ou nous trouver…

  • Adresse postale :

    UNPRG-NC-V, BP 32910, 98897 Nouméa Cedex

  • Contact téléphonique : 

    (+687) 84-82-36 ou (+687) 46-09-60

  • Permanence :

    le mardi entre 9h00 et 11h00 caserne Pelissou

 

Newsletter

Il est possible de vous inscrire pour recevoir notre lettre d'information mensuelle. Pour cela, vous devez simplement enregistrer votre adresse email dans le champ suivant :