Le mot du Président

et le téléchargement du bulletin d'informations

du mois de mars 2020

Discours d'ouverture de l'AGO 2020

 

Mesdames, Messieurs, chers camarades,

La vie est faite de priorités. Voilà, vous êtes là, ce matin, et d’autres ne le sont pas. Vous qui êtes là ce matin, je tiens à vous dire ceci, Merci. Mais, oui il y a un mais, votre présence, aussi nombreuse soit-elle, n’est qu’un pâle reflet de ce que devrait être notre association. Une association regroupant sous ses ailes en premier, tous les camarades ayant raccrochés  le képi pour la casquette ou le chapeau et, en deuxième les actifs.

Minute de silence :

Avant de continuer mon bilan moral, je vous propose d’avoir une minute de silence pour honorer la mémoire de trois de nos adhérents décédés courant 2009 : Gilbert COUDRY, Antoine ARPINOT, Christian ARNAUD, je vous demande de vous lever…

Merci.

 

Désireuse d’être, notre association, au cours de ces dix dernières années, à trop souvent fait de l’argent facile le carburant et le faire valoir de ses principales activités. Certes, il lui en a fallu pour mener à bien ses diverses interventions, mais cet argent, ce fric, qui n’a jamais été le fruit de son travail mais celui de généreux sponsors, que je remercie, était parfois très mal employé.

 

Comme vous le constaterez lors de la présentation des comptes par serge MONTESANO, notre trésorier général, en 2019 situation économique oblige, point de rente, rien, nada. Une année inédite, où il a fallu lister des priorités, rogner des avantages, des conforts, qui avec le temps semblaient pérennes sans donner à penser, au cours de ces 15 années passées, que ceux-ci devraient un jour disparaître complètement ou réduits à minima. Oui, il faut le dire, certains d’entre nous ont des rapports particuliers avec l’argent, en particuliers avec les « picaillons » de notre collectivité. En cours d’année, pour gérer un climat associatif rendu tendu par ce manque de moyens financiers, à mon corps défendant, j’ai été dans l’obligation d’adopter des attitudes parfois contradictoires, critiquables mêmes, mais il fallait sortir de l’ornière. Laissant penser par devant que je caressais la bête dans le sens du poil, je n’ai pas hésité, par derrière, à faire le contraire. Cela a porté ses fruits. En restreignant drastiquement nos dépenses nous avons passé un cap anxiogène, et satisfait à nos deux principales obligations : Le devoir de mémoire et le social. Ceci, malheureusement, au dépend de la convivialité, j’en conviens, même si cela a causé quelques turbulences au sein du conseil, il le fallait. Soyez certains que si cela se reproduisait, je le referais avec la même détermination, serrant sans état d’âme la vis.

 

Qu’en sera-t-il de 2020 ?  Je n’en sais rien. Au cours de ce premier trimestre nous avons rétabli la balance positive de nos comptes. Il est un vieux dicton selon lequel « si on a mangé aujourd'hui, il faut remercier un agriculteur ». Le nôtre, dans un cadre différent, et bien notre ami Nasser BENDADI, qui très investi au sein de notre association n’a ménagé ni son énergie ni son temps dans ses démarches auprès de nos commanditaires pour que nous puissions sortir la tête de l’eau et assumer nos objectifs prioritaires. Mais ne croyez pas que c’est l’annonce d’une époque à venir plus prospère, loin de là. Nous avons été trop confiants en l’avenir pour anticiper une baisse de dons imputables à une situation politique, propre à la Calédonie, aux implications délétères dans le domaine économique local. Ce n’est que le début d’une période de vaches maigres qui attend notre association et dont elle ne sera pas la seule à en subir les conséquences. Et pour la contrer, il nous faudra garder les cordons de la bourse serrés, très serrés. Je me répète nous avons été cigales, apprenons à devenir fourmis.

 

Pour assoir et consolider mes intentions et mettre un frein à certaines dérives, j’ai insisté sur la  mise en place, courant 2019, d’un règlement intérieur. Un texte conforme aux statuts de l'association qu’il complète. Un texte qui en précise les règles de fonctionnement, en particulier celles qui régissent le bureau et le conseil d’administration. Je laisse penser que son accouchement n’a pas été sans difficultés. Aujourd’hui, chacun de nous doit s’y tenir, sachant que sous ma présidence, ses dispositions ne seront pas négociables.

 

À chacun d’apporter sa branche à la case que nos anciens ont dressée. À nous de continuer à l’élever, mais sans la dénaturer. Sous son toit, chacun y a sa place, quelle que soit sa personne, quelles que soient ses aspirations et ses capacités, ceci dans le respect de soi et de l’autre, avec sincérité, sachant que pour réussir, nous devons maintenir l'équilibre entre nos pensées, nos paroles et nos actions, le tout en accord avec nos valeurs.

 

Le chemin qu’un président d’association suit, surtout après 15 années d’exercice, n’est pas semé de pétales de roses, loin de là, mais semé d’embuches, d’incompréhensions, de contestations, de coups de gueule, d’égoïsme, de portes claquées et j’en passe. Qu’importe, il lui faut savoir être fidèle aux statuts de son mouvement, respectueux de ses adhérents, tout en étant l’obligé de personne.

 

Je vous remercie de votre attention.

 

 

Bernard GAUDEL. Major E.R. – O.H.

 

 

Téléchargez le bulletin

 

 

 

 

Ou nous trouver…

  • Adresse postale :

    UNPRG-NC-V, BP 32910, 98897 Nouméa Cedex

  • Contact téléphonique : 

    (+687) 84-82-36 ou (+687) 46-09-60

  • Permanence :

    le mardi entre 9h00 et 11h00 caserne Pelissou

 

Newsletter

Il est possible de vous inscrire pour recevoir notre lettre d'information mensuelle. Pour cela, vous devez simplement enregistrer votre adresse email dans le champ suivant :