Le mot du Président

et le téléchargement du bulletin d'informations

du mois de septembre 2019

Ce dont nous avons besoin maintenant, c'est d'agir, agir de façon concrète et énergique.

 

Une assemblée générale extraordinaire, mais pourquoi faire ?  Pour s’auto-flageller ?

Je ne suis pas un adepte de ce genre de mortification surtout lorsque je n’en vois pas la nécessité. En revanche il serait préférable d’accepter ses imperfections et en même temps s’inviter à chercher des solutions à nos ‘petits’ problèmes et se mettre à l’action pour s’améliorer, à son rythme et en se respectant.  

Ainsi donc, les membres de mon bureau seraient atteints, d’amnésie au point de vouloir inscrire à l’ordre de jour de cette ‘no future assembly’ des sujets déjà traités et retraités au cours des Xème assemblées générales qui ont émaillé depuis, 2005, la vie de notre association. Un pas en avant …deux pas en arrière…

Mais que veulent-ils ? La redynamiser, lui donner un nouveau souffle en essayant de faire en sorte que tout le monde s'investisse pour que tous nous travaillions ensemble, le tout dans la convivialité, mais c’est tout ou partie un vœu pieux !

Oui un vœu pieux, car il suffit de regarder le monde associatif qui nous entoure pour constater qu’il souffre des mêmes carences ou maladies chroniques que notre association qui sont : Le recrutement, le projet associatif, la participation, la plaie d’argent et le leadership.

 

La première, a pour nom recrutement, celui de nouveaux adhérents. Chacune à sa manière, agite des appeaux pour attirer les candidats, futurs impétrants possibles qui plutôt d’accourir les fuient. Pourquoi ? Parce que pour s'engager, il faut trouver du sens à son engagement. Il n'y a pas d'engagement parfaitement altruiste, comme il n'y a pas d'engagement parfaitement intéressé.

Chaque bénévole ou militant, doit trouver un engagement qui entre en résonance avec son histoire personnelle, son parcours et y trouver un sens, une signification pour les autres en se sentant utile. À nous de lui fournir le langage, les rencontres, qui seront autant de moyens de penser son rapport avec l’association.

 

Pas besoin d’AGO ou d’AGE pour attirer le chaland, l’amener à se sentir utile. Si certains ne veulent pas s'engager, c'est qu'ils ne trouvent pas les circonstances favorables pour le faire. Ne perdons pas de vue que l'engagement associatif ne concerne pas tout le monde.

 

La deuxième a pour nom le projet associatif. Finissons-en avec la procrastination : prenons à bras le corps et travaillons nos mauvaises habitudes, tant il est vrai que nous tournons en rond depuis un moment.

Notre projet associatif s’est épuisé au fil du temps. Il nous manque les idées ou tout simplement l’énergie pour proposer aux adhérents un nouveau projet viable et motivant. Hormis le Devoir de Mémoire, sa pierre angulaire, et le parrainage des jeunes candidats GAV et autres…, nos activités sont stériles et on passe l’essentiel de notre temps en interminables réunions qui ne débouchent sur aucune décision, sur aucune action concrète.

 

Pas besoin d’AGO ou d’AGE pour fixer les priorités de l'association.

 

La troisième a pour nom participation. Présentons et communiquons sur l’association. Il est très important de partager cette démarche avec l’ensemble des acteurs (adhérents, bénévoles) impliqués dans les activités de l’association. Le développement d’une association implique de la faire connaître. La participation à différents types d’événements est l’un des moyens les plus efficaces pour y parvenir, en offrant une visibilité inédite sur ce qu’elle est. Sa participation aux divers événements patriotiques, institutionnels et de l’Arme existants, permet de la valoriser et d’acquérir à cette occasion de nouveaux adhérents. Elle permet en effet de rencontrer des actifs, des retraités qui ne la connaissent pas forcément. Mais faut-il se bouger les fesses.

 

Pas besoin d’AGO ou d’AGE pour agir, sortir de l'inaction, se mettre à l'œuvre.

 

La quatrième a pour nom plaie d’argent. Si plaie d'argent n'est pas mortelle, elle ne se ferme jamais, disait Jules Renard. En ce qui nous concerne après avoir été cigale, le temps est venu d’être fourmi et d’apprendre à vivre selon nos moyens ou faire faillite. Sortons la tête du guidon et prenons le recul nécessaire pour une gestion adéquate et efficace des choses en hiérarchisant les priorités. À ceux qui ne veulent pas comprendre et qui ont une relation compliquée avec l’argent je ne peux que leur conseiller de faire les bonnes choses dans le bon ordre en étant capable de faire le tri entre les différentes priorités et surtout de ne pas s’insurger lorsque je décide de fermer le ‘robinet’.

 

Pas besoin d’AGO ou d’AGE pour apprendre à vivre selon ses besoins plutôt que selon ses moyens.

 

La cinquième a pour nom leadership. Un seul chef, un seul roi, indubitablement cela peut interroger et je pense m’être clairement exprimé là-dessus dans mon mot d’août. Comme le disait St Thomas d’Aquin : ‘Le meilleur gouvernement est celui d'un seul chef’.  Savoir ce que l'on veut est souvent un défi. Savoir ce que l'on veut, nécessite de faire des choix qui ne vont pas toujours dans le sens désiré par une partie du public concerné. C’est tout à fait compréhensible. Il y a aura toujours un boutefeu dans l’assemblée pour contester la pertinence d’une décision du ‘leader’, mais pour être entendu faut-il encore qu’il ait des arguments qui parlent.

Cette décision, je l’ai prise : Il n’y aura pas d’AGE ou d’AGO le 12 octobre. Les ‘frondeurs’ devront attendre l’Assemblée Générale du 14 mars 2020 pour exprimer leur mécontentement, si mécontentement il y a encore.

Être adhérent d’une association ne relève pas uniquement de la picole ou de la bafre entre copains, pour cela des bars et restaurants et autres lieux existent. Être adhérent c’est un autre état d’esprit. C’est partager et respecter en connaissance un contrat et les termes qui sont posés par les statuts et surtout, être animé du désir de les faire vivre.

C’est certain, il faut redynamiser notre mouvement, lui donner un nouveau souffle, mais la recette, s’il y en a une, ne se trouve pas dans les débats d’une AGE.  Le jour où il y aura 50 ‘chemises blanches’ derrière notre drapeau, marchant d’un même pas, ce sera la réponse à nos différents questionnements. Mais ce jour le verrai-je ? J’en doute, pourtant cela ne relève pas de l’impossible.

Alors, ayons tous une réelle volonté de participer à une ambition renouvelée. Halte aux conflits d’opinions ou personnels qui ne mènent qu’à l’enlisement. Notre temps est mesuré, ne le perdons pas en inutiles et vains radotages de ‘petits vieux’. Recentrons-nous sur l’essentiel, posons-nous les bonnes questions et passons à l’action pour résoudre nos soucis. Agissons ! Car c’est dans l’action que nous savons donner notre pleine mesure.

 

 

Bernard GAUDEL

Président de l'UNPRG-NC-V

 

 

Téléchargez le bulletin

 

 

 

 

Ou nous trouver…

  • Adresse postale :

    UNPRG-NC-V, BP 32910, 98897 Nouméa Cedex

  • Contact téléphonique : 

    (+687) 84-82-36 ou (+687) 46-09-60

  • Permanence :

    le mardi entre 9h00 et 11h00 caserne Pelissou

 

Newsletter

Il est possible de vous inscrire pour recevoir notre lettre d'information mensuelle. Pour cela, vous devez simplement enregistrer votre adresse email dans le champ suivant :